Détails articles

Détails articles

Intelligence collective : consulter, écouter (vraiment) puis décider...
  • 10 Juil
  • 2021

Intelligence collective : consulter, écouter (vraiment) puis décider...

Mais qu'entend-on par "intelligence collective" ? "L'intelligence collective repose sur une réflexion commune et invite toutes les parties prenantes à s’exprimer sur un sujet complexe. Tout manager affronte quotidiennement des situations simples, compliquées ou complexes. Les premières peuvent être réglées seul et rapidement, les secondes demandent du temps et de l’expertise, alors que les dernières nécessitent de la réflexion et de la concertation" résume Guillaume Peter.

Face à une situation inédite - comme celle que nous connaissons - il s'agit donc de se tourner vers les instances les plus à même d’apporter des éléments de réflexion pour trouver la solution : collaborateurs, clients, fournisseurs, partenaires sont ainsi invités à apporter leurs points de vue.

L'intelligence collective se pose comme une méthode de management dont les fondamentaux sont les "cercles de paroles", le fait de poser les bonnes questions, de pratiquer l’écoute active puis de rebondir sur les apports des uns et des autres.

Favoriser le groupe et écouter

Concrètement, cela suppose de lister les parties prenantes, puis de les inviter à une réunion. "Parallèlement, et c’est un point clé, il faut lister toutes les questions liées à la problématique" détaille l’auteur. Cette concertation dynamise les parties prenantes et les implique dans le processus de décision collective. In fine, la pratique encourage à l’innovation, mais aussi à la responsabilisation individuelle.

Donner la parole et déléguer

Cette démarche a toute sa place dans des entreprises en quête de sens. En effet, la crise a révélé la nécessité pour de nombreux salariés de donner une orientation concrète à leur vie. "L’intelligence collective se pose alors comme une solution pour trouver l’essence et la raison d’être de l’entreprise. Elle permet de choisir une direction, un sens et de comprendre le "pourquoi" de l’entreprise plutôt que le "comment" selon le fondateur de TIMBER Conseil.

Des groupes comme Danone ou encore Décathlon l'ont bien compris : ils prônent l’autonomie du collaborateur en l’invitant à participer à son développement. Emmanuel Faber, ex Pdg de Danone, avait rappelé en avril 2018 devant ses actionnaires : "Notre intention est de donner aux salariés le pouvoir de participer pleinement à la construction de l'avenir du groupe". Comment ? En confiant aux équipes "la mission d'aller chercher le futur, de le créer et de se l'approprier".

Pour redonner envie aux salariés, il faut les mettre au cœur du système, mais aussi les écouter afin de renforcer engagement et motivation.

"Cette notion d’intelligence collective est voisine du concept "d'entreprise libérée" où les salariés sont pleinement responsabilisés car agissant pour le bien de leur entreprise" précise Guillaume Peter. Dans notre environnement VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity), l’intelligence collective s'avère d'autant plus indispensable.

Avec un bémol : pour que cette démarche fonctionne, il faut qu'elle soit insufflée par la direction, portée par les RH et que, sur le terrain, le manager écoute réellement ses collaborateurs sans imposer sa décision : il doit avoir l’humilité de reconnaître qu'il se sent désarmé face à une situation et accepter que le recours au conseil de l’autre n’est pas un aveu de faiblesse mais, au contraire, de courage.

 

Copyright 2021 Service SI Global Business Group. Tout droit réservé