La mesure est tombée ce Mercredi 8 Avril 2020 lors du conseil des ministres qui s'est tenu sis au Palais de la République dont voici un résumé de la quintessence;
En effet, après le vote et la promulgation de la Loi d'habilitation, le PR a décerné sa première Ordonnance N° 001-2020 aux travailleurs pour faire face à la pandémie du COVID-19 qui menace la précarité de l'emploi ;

Cette Ordonnance dont s'agit, a bouleversé les dispositions des articles L 60, L 65 et L 214 du Code du Travail aux fins de corser et restreindre d'une part les conditions de licenciement et garantir un revenu aux travailleurs mis en chômage technique d'autre part;
L'Ordonnance susvisée est composée de six (06) articles dont trois (03) mesures phares;

Article premier de l’Ordonnance, le PR décrète " Tout licenciement autre que celui motivé par une FAUTE LOURDE est considéré comme nul et de nul effet."

Article deuxième de l'Ordonnance est une dérogation de l'article L 65 qui impose désormais à l'employeur, afin d'éviter le chômage technique " De chercher avec les délégués du personnel ou, à défaut, les représentant du personnel, les solutions alternatives telles que la réduction des heures de travail, le travail par roulement, l'anticipation des congés payés, le redéploiement du personnel, le travail à temps partiel."

Pour plus de protection, le PR a fixé un barème de rémunération versée au titre de ces mesures alternatives. Le calcul du montant est prévu par l'article 3 du texte " Si l'employeur décide de recourir au chômage technique, la durée celui-ci ne peut dépasser les limites de la Loi d'habilitation et pendant cette période, le travailleur perçoit une rémunération nette qui ne saurait être inférieure à son salaire moyen net des trois (03) derniers mois d'activités."

Pendant ce temps, le travailleur est tenu de rester à la disposition de son employeur, à défaut, il perd son droit à une rémunération conformément à l'article 4 de l'Ordonnance présidentielle précitée;

             " NUL N'EST CENSÉ IGNORER LA LOI "